HANOUNA

Brouillard

mardi 14 août 2012 par hanougabel


 Certaines nuits encore il m’est bien difficile

De trouver le sommeil,

Ces songes, par centaines, après journées fébriles

Multiplient les réveils.

 

 Alors sorte de brume enrobe mon chagrin,

Estompant la douleur,

Anesthésiant mon être et ses blessures sans fin,

Trompant un peu mon cœur.

 

 Depuis ce jour d’avril, printemps de ma souffrance

(À nulle autre pareille),

Mon âme en perdition trébuche dans l’errance

De saisons qui bégaient.

 

 D’écorchures en plaies suintant de désespoir,

Lente est la guérison.

La vie semble soudain devenue si avare

De ses bénédictions…

 

 En moi deux personnages se disputent sans cesse

Sur mon chemin de vie :

L’un niant, aveugle, lueurs de la tendresse,

L’autre en désirant les fruits !

 

 Liliane Gabel (Juin 2012)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 25165

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Poétiquement vôtre  Suivre la vie du site Rimes pour un amour   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License