HANOUNA

Neuf mois d’enfantement

lundi 21 mai 2012 par hanougabel

Neuf mois que nous portons, comme pour enfantement,

Cet horrible chagrin, gestation éternelle,

Neuf mois que nous pleurons ce caprice indécent

De la vie qui impose « innaissance » cruelle.

Les nombreux souvenirs dont je fais l’inventaire

Ne pourraient se compter sur les doigts de mes mains.

J’aimerais, par instants, que devant le parterre,

Tombe le pourpre rideau, entracte au destin.

J’aimerais... mais sitôt ma mémoire blessée,

M’accuse de traîtrise, refuse lassitude,

Me laissant macérer dans de noires pensées,

Dequelles ne surgissent que sombre hébétitude.

Je sais que dans ce monde où la sérénité

Enveloppe ses hôtes de douceur infinie,

Tu es heureuse enfin, des épreuves soulagée.

Chaos de mon chagrin tu as aussi compris.

Liliane Gabel (19 janvier 2012)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 25256

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Poétiquement vôtre  Suivre la vie du site Rimes pour un amour   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License