HANOUNA

Seule

lundi 21 mai 2012 par hanougabel

N’aurais imaginé

Qu’en rejoignant les miens

S’abattrait sans pitié

Cet immense chagrin.

Seule, noyée dans la foule,

Je dois porter ma peine,

Seule perdue dans la houle

Des journées qui s’enchaînent.

Le monde continue

Sa vie, indifférent,

Tandis qu’à travers temps

Ma douleur est aigüe.

Quelle que soit de la terre

Le mouvement, l’humeur,

Du ciel et de la mer

Leurs nuances de couleurs,

Mon âme est à jamais

En habit vert-de-gris,

Mon coeur écrabouillé

Parce que tu es partie.

Je venais, rêve en tête

(J’avais tenu promesse :

Te rejoindre soeurette),

Mais fut dite la messe,

Trop vite. Et l’ombre noire,

Equitable tyran,

Sur son triste grimoire

A écrit, noir sur blanc,

Les lettres de ton nom,

Le syllabes aimées,

Telles, douce chanson

Berçant ma destinée.

Liliane Gabel (28 septembre 2011)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 25322

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Poétiquement vôtre  Suivre la vie du site Rimes pour un amour   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License