HANOUNA

Signes

lundi 21 mai 2012 par hanougabel

Kitou, durant l’adieu suprême,

Ces deux blancs papillons

Jamais n’oublierons.

Au rendez vous, ma soeur que j’aime,

Ce héron couleur pluie,

Un jour de même gris.

Merci à toi, l’oiseau cendré,

Au long cou, bec pointu,

Si longtemps attendu.

Un signe encore, nuit agitée,

Demi-songe furtif,

Ton contour fugitif...

Tout sourire, vêtue de couleurs,

Si proche et si vivante

Ce rêve-là ma hante.

Au quotidien j’attendais l’heure

Qui porterait un signe,

Traçant d’amour les lignes.

Te voilà, frêle libellule

Qui, par une sombre nuit

Tout soudain a surgi,

(Aucun point d’eau ni canicule

Pourtant), venue poser tes ailes

Sur mon col en dentelle ;

Merci à toi, insecte ailé

D’être si tard venu,

Toi l’hôte inattendu.

Hélas, mon coeur insatisfait,

Chagrin du non retour,

Te cherche ma soeur d’amour.

Mon âme privée de son reflet

Pleure sa presque jumelle,

Douleur sampiternelle.

Liliane Gabel (07 août 2011)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 25165

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Poétiquement vôtre  Suivre la vie du site Rimes pour un amour   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License